L’enseignement des langues étrangères en France

mercredi 5 avril 2006

* RAPPORT D’INFORMATION
* INTRODUCTION
* LES PRINCIPALES PROPOSITIONS
o I. I. LA DIVERSIFICATION : LE PARI MANQUÉ
_ + A. L’ÉCHEC DE LA DIVERSIFICATION À L’ÉCOLE ET PAR L’ÉCOLE
# 1. Les langues vivantes s’installent à l’école primaire : un dispositif encore hésitant
* a) La marche vers la généralisation de l’enseignement des langues
o (1) L’initiation aux langues vivantes (ILV) du ministère Bayrou : une parenthèse...
o (2) Le plan Allègre : le « grand bricolage »...
o (3) M. Jack Lang promet « une avancée à marche forcée »
o (4) Mais un retour au réalisme s’impose
* b) L’enjeu crucial du suivi des apprentissages entre l’école et le collège
o (1) Quels acquis réels ? Des résultats peu probants...
o (2) Les langues deviennent une discipline à part entière : un remède à un enseignement peu structuré ?
* c) Quel vivier de compétences ? Des réponses en terme de formation encore insuffisantes
o (1) Quelques efforts en terme de formation des maîtres
o (2) Mais des avancées encore partielles...
o (3) Quel vivier de compétences pour diversifier les langues à l’école ?
# 2. Le choix majoritaire de l’anglais
* a) Un état des lieux décevant
o (1) L’anglais : une domination consolidée
o (2) L’« appel de la frontière » : des traductions limitées
* b) L’école, terreau de la diversification : un objectif à contre-courant ?
o (1) La tentation rémanente de l’anglais obligatoire à l’école
o (2) Les enjeux majeurs de la diversification linguistique à l’école primaire
o (3) Une politique devenue peu crédible : l’absence d’information des familles, une lacune majeure de l’éducation nationale
* c) Le « tunnel de l’anglais » commence à l’école
o (1) Une offre restreinte par l’objectif de continuité avec le collège : l’enjeu de la carte des langues
o (2) L’introduction d’un seconde langue dès l’entrée au collège : un espoir pour la diversification ?
+ B. LES LANGUES DANS LE SECOND DEGRÉ : UNE HOMOGÉNÉISATION CROISSANTE DES PROFILS LINGUISTIQUES
# 1. Une standardisation linguistique consolidée
* a) Deux langues pour tous, une généralisation encore partielle
o (1) Deux langues dès l’entrée au collège : un objectif compromis
o (2) Une ligne directrice : deux langues obligatoires
o (3) Les filières technologiques et professionnelles laissées de côté...
* b) Le tropisme vers le choix « anglais LV1 - espagnol LV2 »
o (1) Le couple anglais - espagnol dominant
o (2) Un choix figé par des représentations bien ancrées
* c) Une part de plus en plus réduite pour les autres langues
o (1) Des évolutions contrastées selon les langues
o (2) La LV3, en net recul, n’est plus une planche de salut pour les langues rares
o (3) Une tendance accentuée : la politique de recrutement ne sert pas de levier de diversification
# 2. Les contraintes du pilotage académique
* a) La carte académique des langues, un outil a priori idéal
* b) Quand « rationalisation » de la carte des langues vivantes rime avec « resserrement » de l’offre linguistique
o (1) Les fermetures de classes, une hypothèque lourde sur l’avenir des langues à faibles effectifs
o (2) Les contraintes de la dotation horaire globale : des économies qui coûtent cher
* c) Une logique de site à réaffirmer
# 3. Des parcours trop rigides : un frein à la diversification
* a) Quelques tentatives pour rénover et renforcer l’enseignement des langues
o (1) Une organisation en modules contestée
o (2) Langues et interdisciplinarité : une conciliation encore difficile et limitée
o (3) Des programmes rénovés : un nouveau souffle pour l’enseignement des langues vivantes ?
* b) Vers la fin d’une hiérarchie absurde et nuisible entre les langues ? Redonner du sens à un enseignement peu motivant
o (1) Une distinction non pertinente
o (2) Une expérience intéressante mais trop limitée : l’expérimentation des « nouveaux modes d’organisation de l’enseignement des langues vivantes » au lycée
o (3) Quelles perspectives ? Prévenir la désaffection pour les langues et rendre l’apprentissage plus efficace
+ C. DES ENJEUX NÉGLIGÉS
# 1. Les langues, un « passeport pour l’emploi » : l’anglais n’est pas suffisant...
* a) La diversification, un atout dans le domaine économique
* b) L’économie française manque de linguistes : des besoins insatisfaits
* c) Un enjeu pour les formations professionnelles : quelles langues et quel degré de compétences pour l’emploi ?
# 2. Le paradoxe de l’allemand
* a) Une connaissance réciproque qui s’effrite...
* b) Une situation paradoxale
* c) L’urgence d’une relance politique
# 3. Langues de l’immigration, langues de l’intégration : le cas de l’arabe
* a) Préserver un héritage linguistique en voie de disparition : une responsabilité nouvelle pour l’école de la République
o (1) La famille n’est plus un cadre de transmission
o (2) Une responsabilité nouvelle pour l’école
* b) Promouvoir l’apprentissage de l’arabe au sein de l’enseignement traditionnel
* c) Les enjeux pour nos relations avec les pays de la zone arabe et la défense de la francophonie
o II. L’ENSEIGNEMENT DES LANGUES VIVANTES, ESPACE PRIVILÉGIÉ DU DIALOGUE INTERCULTUREL EN EUROPE
+ A. LE DÉFI DU PLURILINGUISME EN EUROPE
# 1. Les langues, un vecteur de citoyenneté pour l’Europe : « Vivre l’Europe, c’est vivre la diversité »35
# 2. L’objectif de plurilinguisme : un combat commun de l’Union européenne et du Conseil de l’Europe
* a) Un objectif clé : au moins deux langues pour tous
o (1) Réagir à la prédominance de l’anglais
o (2) Un enjeu pour la promotion du français
o (3) Un nouveau défi linguistique : l’élargissement à l’Est
* b) La notion de plurilinguisme : une nouvelle approche pour l’apprentissage des langues
* c) Un point d’orgue : l’année européenne des langues en 2001
# 3. Quelques initiatives encourageantes à l’étranger
* a) Les propositions du Rapport Nuffield au Royaume-Uni
* b) Le projet Lingue 2000 en Italie
+ B. L’EUROPE SCELLE DES BASES POUR L’ACTION
# 1. Les instruments élaborés dans le cadre du Conseil de l’Europe
# 2. Les programmes communautaires de mobilité : un levier pour promouvoir l’apprentissage des langues et la coopération des systèmes éducatifs nationaux
* a) La mobilité, une priorité en Europe
* b) Le programme Socrate
* c) Le programme Leonardo da Vinci
# 3. Un plan d’action dans l’Union européenne
* a) La genèse du plan : la nécessité d’agir
* b) Le plan d’action
+ C. QUELQUES AVANCÉES RÉCENTES EN FAVEUR DE L’OUVERTURE INTERNATIONALE DES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES FRANÇAIS : DES PISTES À APPROFONDIR
# 1. Une ouverture internationale des établissements et des enseignements renforcée
* a) Une politique nationale déclinée localement
* b) Les nouveaux programmes de seconde intègrent les échanges scolaires
* c) Une perspective nouvelle pour l’ouverture des écoles sur l’Europe : la proposition de loi issue du Parlement des enfants
# 2. Un premier pas vers des études professionnelles plus ouvertes sur l’international
* a) Les sections européennes étendues et adaptées aux élèves des filières professionnelles
* b) La création de l’attestation Europro : encourager à la mobilité pour une meilleure insertion professionnelle
# 3. Le recours à des assistants étrangers de langue : un exemple de politique ambitieuse, mais qui doit être encadrée
+ D. LES DISPOSITIFS BILINGUES : DES LEÇONS À TIRER
# 1. Les sections européennes, dix ans après : un dispositif riche d’enseignements pour l’ensemble du système d’apprentissage des langues vivantes
* a) Une réelle montée en puissance
o (1) Le cadre général
o (2) Un dispositif consolidé
* b) Les limites du dispositif : des défis pour l’enseignement des langues en général
* c) Des points forts indéniables : vers un transfert à l’ensemble du système éducatif ?
* d) Un exemple de dispositif consolidé : l’enseignement bilingue en Allemagne
# 2. Des expériences locales : valoriser les ressources disponibles, la clé du succès
* a) Une politique académique ambitieuse en Alsace
* b) La Voie Spécifique Mosellane
* c) Les parcours latins et romans : vers l’intercompréhension entre les langues romanes ?
* d) L’enseignement bilingue en langues régionales
o III. LES PROPOSITIONS POUR DIVERSIFIER L’ENSEIGNEMENT DES LANGUES
+ A. AGIR SUR LES ATTITUDES : GAGNER L’OPINION PUBLIQUE À LA CAUSE DU PLURILINGUISME
+ B. UNE ACTION DÉCLINÉE AU NIVEAU LOCAL : REDONNER TOUTE SA PORTÉE À LA CARTE DES LANGUES
+ C. UN ENSEIGNEMENT RENOVÉ, PLUS ATTRACTIF ET PLUS EFFICACE : DES PARCOURS DIVERSIFIÉS ET ÉVOLUTIFS
+ D. LES LANGUES, L’AFFAIRE DE TOUTE UNE VIE
+ E. AGIR SUR LA FORMATION ET MOBILISER TOUTES LES COMPÉTENCES
+ F. METTRE L’OUVERTURE INTERNATIONALE ET INTERCULTURELLE AU COEUR DE L’ENSEIGNEMENT DES LANGUES
* LISTE DES PERSONNALITÉS AUDITIONNÉES
* EXAMEN EN COMMISSION

À lire en entier


50/130
130/130
35/130
16/130
7/130
7/130
13/130
12/130
68/130
9/130
14/130
12/130
25/130
35/130
7/130
19/130
10/130
7/130
7/130
21/130
41/130
23/130
22/130
7/130
7/130
17/130
7/130
8/130
31/130
19/130
32/130
23/130
12/130
9/130
14/130
16/130
17/130
24/130
10/130
15/130
10/130
8/130
16/130
54/130
20/130
7/130
10/130
19/130
7/130
10/130

Si vous désirez recevoir notre lettre d’information envoyez un message vide à cette adresse :
lettres-subscribe@aplv-languesmodernes.org

Découvrez nos ouvrages en Anglais, Allemand, Espagnol et FLE