Communiqué de presse de l’Union européenne : Bologne sous le signe de la mondialisation : le Commissaire Figel place la réforme de l’enseignement supérieur dans un contexte international

jeudi 17 mai 2007

Les 17 et 18 mai, les ministres de l’enseignement supérieur de 45 pays européens se rencontreront à Londres pour discuter des progrès réalisés dans le cadre du processus de Bologne, qui vise à la création d’un Espace européen de l’enseignement supérieur d’ici 2010. Les ministres adopteront également une stratégie de sensibilisation des autres continents et entérineront la création d’un Registre européen des agences de garantie de la qualité pour l’enseignement supérieur.

Le processus de Bologne englobe aujourd’hui 45 États signataires, contre 29 en 1999, et accueillera un nouveau pays - le Monténégro - lors de la rencontre ministérielle à Londres. Le dernier rapport d’évaluation en date (Bologna Stocktaking Report), qui doit être présenté devant les ministres à Londres, conclut que des progrès satisfaisants ont été réalisés dans la mise en œuvre des réformes de Bologne. Le rapport Eurydice [1] de la Commission confirme ce constat positif.

Les réformes du processus de Bologne sont principalement axées sur

  • une structure des études en trois cycles (Bachelor, Master, doctorat),
  • l’assurance qualité dans l’enseignement supérieur et
  • la reconnaissance des diplômes et des périodes d’études.

Dans leur ensemble, ces efforts de réforme ont ouvert de nouvelles possibilités aux universités et aux étudiants. La création d’un Registre européen des agences de garantie de la qualité aidera à renforcer le prestige de l’enseignement supérieur européen et à stimuler la confiance dans ses institutions et ses programmes, en Europe et dans le monde.

S’exprimant sur la réunion ministérielle devant se tenir prochainement à Londres, Ján Figel’, commissaire européen à l’éducation, à la formation, à la culture et à la jeunesse, a déclaré : « Les réformes de Bologne sont importantes mais l’Europe doit maintenant aller plus loin, car les universités doivent également moderniser le contenu de leurs programmes, créer des campus virtuels et réformer leur style d’administration. Elles doivent en outre adopter des méthodes de gestion plus professionnelles, diversifier leurs sources de financement et s’ouvrir à de nouveaux types d’apprenants, aux entreprises et à la société en général, que ce soit en Europe ou dans le monde. Les pays doivent moderniser leurs systèmes d’enseignement supérieur dans tous les domaines d’activité concernés - qu’il s’agisse d’éducation, de recherche ou d’innovation - en les rendant plus cohérents, plus flexibles et plus adaptés aux besoins de la société. Un grand pas serait alors franchi en direction d’un Espace européen de l’enseignement supérieur et d’un Espace européen de la recherche ».

Une récente enquête Eurobaromètre menée auprès de professionnels de l’enseignement supérieur montre qu’une grande majorité d’enseignants s’accorde à penser que leurs établissements devraient s’ouvrir aux apprenants adultes. Elle révèle également un large soutien à une réforme de l’enseignement supérieur : la plupart des professeurs d’université estiment que leurs établissements ont besoin de plus d’autonomie et d’une meilleure gestion interne. Ils considèrent que des partenariats avec les entreprises et la concurrence entre établissements renforceraient les universités, et que les financements privés et les frais de scolarité constituent une source acceptable de revenus supplémentaires. Une grande majorité reconnaît la nécessité de normes et de labels de qualité européens et la plupart sont convaincus que la mobilité des étudiants doit devenir une partie obligatoire de tout programme d’étude.

Il reste toutefois beaucoup de travail à accomplir pour intégrer l’« apprentissage tout au long de la vie » dans la pratique quotidienne des universités. La Commission coopère avec les États membres et le secteur de l’enseignement supérieur afin d’aider à la mise en œuvre du programme de modernisation des universités dans le cadre de la stratégie de Lisbonne pour la croissance et l’emploi. Des aides financières sont disponibles à travers le nouveau Programme d’éducation et de formation tout au long de la vie (actions Eramus), le 7e programme-cadre pour la recherche, le Programme pour la compétitivité et l’innovation, les Fonds structurels et des prêts de la BEI. Une tâche importante résidera dans la mise en œuvre du Cadre européen des certifications professionnelles pour la formation tout au long de la vie (de l’Union européenne), qui correspond au cadre commun de diplômes pour l’Espace européen de l’enseignement supérieur (prévu dans le cadre du processus de Bologne).

L’Espace européen de l’enseignement supérieur dans le contexte mondial

À Londres, les ministres adopteront une stratégie visant à défendre la position de l’enseignement supérieur européen dans le monde. Le dialogue, la comparaison et la concurrence au niveau international stimulent fortement l’amélioration de la qualité dans le domaine de l’éducation supérieure. Les mesures envisagées consisteront notamment à fournir de meilleures informations, à renforcer l’attrait et la compétitivité des établissements d’enseignement supérieur européens, à encourager les partenariats, à renforcer le dialogue politique et à améliorer les accords de reconnaissance mutuelle.

La Commission soutient concrètement cette stratégie mondiale à travers ses orientations et ses programmes. C’est ainsi qu’elle soutient les réformes de l’enseignement supérieur dans les pays voisins de l’Union européenne par différents programmes, notamment à travers le programme Tempus. Les relations avec les autres continents sont soutenues par une série de programmes de coopération bilatéraux ou multilatéraux : UE/États-Unis/Canada, Asia-Link, EDULINK, les programmes ALFA et ALBAN pour l’Amérique latine et le nouveau programme Nyerere pour l’Afrique. Enfin, il faut citer le programme Erasmus Mundus, qui octroie des bourses à des étudiants du monde entier pour leur permettre de s’inscrire à des cursus de mastères intégrés dans divers pays européens. Le soutien que la Commission apporte aux activités de recherche des établissements d’enseignement supérieur à travers le 7e programme-cadre pour la recherche se caractérise également par un accent de plus en plus marqué sur la coopération avec des institutions non européennes.

Pour de plus amples informations :

http://ec.europa.eu/education/policies/educ/bologna/bologna_en.html

http://www.dfes.gov.uk/bologna/


EU communiqués de presse

[1« Focus sur les structures de l’enseignement supérieur en Europe 2006/07 - Évolutions nationales dans la cadre du Processus de Bologne »


51/130
130/130
35/130
19/130
7/130
7/130
13/130
12/130
68/130
9/130
14/130
12/130
25/130
35/130
7/130
19/130
10/130
7/130
7/130
22/130
42/130
23/130
22/130
7/130
7/130
17/130
7/130
8/130
7/130
31/130
18/130
32/130
23/130
12/130
9/130
14/130
16/130
19/130
24/130
10/130
15/130
10/130
8/130
16/130
54/130
20/130
10/130
19/130
7/130
10/130

Si vous désirez recevoir notre lettre d’information envoyez un message vide à cette adresse :
lettres-subscribe@aplv-languesmodernes.org

Découvrez nos ouvrages en Anglais, Allemand, Espagnol et FLE